ET SI OUATTARA ETAIT L’INSTIGATEUR DE CES TUERIES ?

ACTE1 Depuis l’annonce de l’arrivée du panel pour livrer le résultat de ses enquêtes (prévu pour le 28 Février 2011), le camp Ouattara est en ébullition. Il organise des manifestations dites pacifiques avec des gourdins et des machettes en mains comme le 16 Décembre 2011. On a même entendu parler de commando invisible, mystique, avec le barrage des routes pour empêcher ceux qui veulent travailler de vaquer à leurs occupations(boudant ainsi le mot d’ordre de ville morte). Lorsque les forces de l’ordre interviennent pour libérer les routes, elles sont prises aparties se trouvant ainsi face aux hommes lourdement armés. Dans ses commentaires au cours de ces violences, France 24 a même fait état d’échanges de tirs entre FDS et manifestants ce qui veut dire que les belligérants sont tous armés. Ceci marque aussi le début de la reprise des violences. L’on est à même de se demander de quoi ont-ils peur. Car pendant que le panel vient pour faire éclater la vérité et peut- être confondre le Président GBAGBO, au lieu d’être heureux, Ouattara et son group de la République du Golf donnent des signes de fébrilité. Ils envoient la jeunesse dans les rues pour faire de la provocation, allant jusqu’à défier les FDS se croyant disent –ils protégés par des forces mystiques. Et après quand il ya des morts, ils les brandissent en face du monde avec la complicité de l’ONU comme des trophées, relayés par les chaines étrangères. Qu’ils sachent que la Cote d’Ivoire et l’UA ont décidé de recompter les voix et non les morts. ACTE2 

La jeunesse n’ayant pas pu obtenir la guerre civile tant souhaitée par ces va-t-en-guerre, il faut trouver une autre tactique. Faire sortir les femmes. Quand les FDS vont les tuer, alors des voix  s’élèveront dans le monde entier pour incriminer GBAGBO et enfin demander avec acuité l’intervention d’ECOMOG, ONU, et LICORNE , après avoir brandi la carte de la guerre civile provoquée par Laurent GBAGBO. Malheureusement pour eux, les femmes sortent et rien que des gaz lacrymogènes sont utilisés pour les disperser. Alors la mise en scène de la tuerie des femmes à Abobo. Mise en scène, car les femmes du RDR ont marché dans plusieurs quartiers d’Abidjan sans même être gazées ; et tout d’un coup l’on apprend que l’armée ivoirienne, républicaine, qui a toujours choisi la légalité, la protection civile a tiré sur les femmes avec des armes lourdes, ce qui est absurde. Car, il est invraisemblable que des femmes marchent pour demander le départ de GBAGBO et qu’il n’y ait aucun media couvrant l’événement. Et, le camp Ouattara qui est toujours pressé de donner des informations à l’ONUCI et la presse étrangère, ne donne pas la vidéo d’environ une minute réalisée sur les lieux à sa chaine préférée France 24 pour étayer ses accusations. 

En effet, il est improbable que cette  micro vidéo qui montre des tirs venant de partout ne montre aucun char pendant les tirs, sauf des femmes tombées et des blésées, puis un blindé que si l’on observe bien la vidéo n’est pas dans la même rue que celle des manifestations. Alors pourrait-on sans risquer de se tromper conclure à un montage grotesque pour incriminer les FDS. De toutes les façons les FDS ont-elles mêmes décliné toute responsabilité dans cette affaire. Alors l’on est à même de se demander qui a bien pu faire cela. L’hypothèse la plus probable pour ma part, et la plus vraisemblable aussi est que les rebelles de Ouattara qui sévissent dans le quartier depuis plusieurs jours, recherchant un spectre de guerre civile  et, Ouattara a besoin d’un « scoop » pour donner l’image d’une guerre civile en Cote d’Ivoire afin  d’obtenir du conseil de sécurité de l’ONU une intervention militaire prôner par lui depuis le début de la crise avant les conclusions du panel qui probablement ne les arrange pas lui et ses compagnons (Sarko et Obama), ont bien pu faire le coup (tiré sur les femmes pour faire porter le chapeau aux FDS)  . La preuve son ambassadeur s’est empressé de demander des actions plus poussées car selon lui celles prises ne sont pas assez fortes. Ne chercheraient-ils pas d’autres charniers. Les enquêtes nous en diraient plus.  ACTE3 Gue Michel qui affirme que les armes utilisées pour cette sale besogne viennent nécessairement du camp d’Akuedo et que seules les FDS seraient en possession de ces armes. A-t-il oublié que lui il est et demeurera un rebelle et que en 2002 à Bouaké, ils avaient toute une cargaison d’armes lourdes appartenant à la Cote d’Ivoire qu’ils ont utilisé pour créer leur rébellion et attaqué le pays avec l’aide de la France et du Burkinafaso ? Ces mêmes armes et les rebelles comme lui ne sont-ils pas convoyés par l’ONU jusqu’à Abidjan, à Abobo ? Et d’ailleurs quand il parle s’adressant aux FDS, qu’il évite de dire frères d’armes car lui, il n’est plus reconnu comme militaire en Cote d’Ivoire ; il est et restera rebelle. De toutes façons, il servi GUEI Robert et il a participé aux tueries de 2000 pour voler la victoire à GBABGO ; il n’est donc pas à son premier forfait. Il n’a donc pas de leçon à donner à qui que ce soit.  Ouattara comme à son habitude veut faire porter le chapeau au Président GBAGBO, car c’est lui l’innocent qui ne fait jamais rien de mal mais qui est toujours accusé à tort. Tôt ou tard ça va se savoir. 

                                                                                                                                                                             MIKE

Laisser un commentaire