Media internationaux, quel crédit?

A entendre les média internationaux (presse écrite comme audio visuelle), les exactions commises en côte d’Ivoire depuis la crise poste électorale ne sont que du fait des FDS loyales et républicaines et des patriotes. Cependant, ils annoncent une avancée des des rebelles dans tous le pays, la prise de telle ou telle ville. Comment font-ils olors pour avancer s’ils ne tuent pas , ne violent pas? Est-ce à dire que les populations sont avec eux? Alors ça devrait être facile de reprendre le pouvoir à Laurent GBABGO, Pourquoi a -t-on besoin d’ECOMOG?

On a l’impression qu’en Côte D’Ivoire tout se fait à l’envers. Partout dans tous les pays, c’est l’organe juridique suprême qui donne le résultat final de l’élection présidentielle et tout le monde s’y plie. En Côte D’Ivoire, c’est la communauté internationale qui décide qui est le président à sa convenance et tous ivoirirns doivent l’accepter ou mourir. Partout, dans tous les pays en proie à des rebellions, ce sont les rebelles qui commettent les exactions mais en Côte d’Ivoire, c’est l’armée régulière qui les commet. Les rebelles sont de doux agneaux qui arrivent à avancer en prenant des villes avec la complicité de l’ONU, sans commettre des tueries, des viols, des vols…

Il y ades massacres à Abobo, c’est attribué aux FDS alors que c’était un  quartier paisible d’abidjan où vivaient toutes les communautés ivoiriennes comme étrangéres en bonne intéligence, avant l’arrivée des rebelles de l’ONU et Ouattara.

Il y a des des tueries à l’arme lourde à Abobo, pendant une marche des femmes du RHPD (à Abobo et d’autres quartiers d’Abidjan contrôlés par l’armée régulière et où li n’y a aucune exaction), on les attribue aux FDS.

Et de surccroit, les populations fuient vers les zones contrôlées par Laurent GBAGBO et les FDS. Alors questions : Qui peut bien commettre toutes ces exaxctions? Ceux qu’on accuse ou ceux qui accusent?

En effet, puisque l’on sait la position et la partitipation  des occidentaux dans cette crise, il ne serait pas superflu de se poser ces questions. Et j’ en suis convaincu, l’avenir nous le précisera.

Laisser un commentaire